Seigneurie d’Argent

Grandeur Nature l'Enclave

Les terres

La Baronnie D’Argent est constituée de la terre d’Alexandre Delorme se trouvant sur le long du fleuve d’Augivre tout près de la frontière entre Felbourg et Laure. Cette terre appartenait aux ancêtres d’Alexandre avant que le Sang’Noir ne dévaste les lieux en ne laissant aucun souvenir de sa gloire passée. Pour les ressources des terres environnantes, les forêts de Felbourg fournissent s’avèrent encore riches en bois et quelques carrières offrent un revenu régulier en pierres.

Bien que les terres soient peu fertiles, elles se montrent suffisamment généreuses pour permettre de grands pâturages. Sur le plan de la nourriture, le fleuve d’Augivre fournit à lui seul tout ce que le peuple a besoin. Toutefois, ce qui fait la gloire de la seigneurie d’Argent, c’est l’ancienne veine d’argent oubliée se trouvant dans l’une des mines de fer du territoire exploitée voilà 400 ans. Des vieilles cartes ont révélé l’endroit et ont fourni un prétexte nécessaire pour repeupler ce coin du territoire.

 

Grandeur Nature l'Enclave

Le peuple

Le peuple d’Argent est constitué des familles des soldats de ses armées et du bon peuple de Felbourg qui peut enfin sortir des murs de sa capitale et espérer un avenir meilleur. Pour plusieurs citadins, c’est la chance ou jamais de fuir la pauvreté et la criminalité pour reprendre ce qui était leur mode de vie passé. Peu à peu, les villages voisins ont commencé à marchander avec la seigneurie et même certains villages ont été abandonnés et la population a grossi celle d’Argent. Cette immigration a été une bonne chose pour la population d’Argent. Les connaissances de l’agriculture et du bétail ont été bénéfiques à la survie de la seigneurie. Le mélange de la culture industrieuse des gens de la capitale complète bien celle de l’agriculture.

Le Bourg est séparé en plusieurs sections. Premièrement, au nord, se trouve le port des pêcheurs et le second, plus grand, pour le transport de cargaisons et des visiteurs. Le second est relié aux entrepôts qui fournissent toutes les activités commerciales à l’intérieur des murs d’Argent.

À l’ouest se trouve la majorité des résidences de la population où elle-même est séparée en deux, les vieilles coutumes étant bien enracinées. Alors que la population fortunée vit dans le quartier de Haute-Argent et ceux avec moins de moyens se trouvent dans la Basse-Argent. Il y a aussi un autre quartier non-officiel dont personne ne connait l’emplacement, mais dont tous sont conscient de la vocation criminelle. Le peuple a surnommé le Quartier Sans-Argent, plus une farce qu’autre chose, mais l’ombre de Sans-Argent est sur la ville.

À l’est, il est possible de trouver le Manoir Écarlate, le logis seigneurial d’Alexandre Delorme. Dans la même région, il y a la caserne, la prison et le terrain d’entraiment. Derrière le tout, il y a la mine dont les activités commencent tôt le matin jusqu’à tard le soir alors que tout ce qui y est collecté est envoyé aux artisans. Aucun produit en argent ne peut battre la qualité des produits faits ici.

Finalement, au sud et au centre de la cité, c’est la zone commerciale : les artisans, les corporations, les marchands locaux ou étrangers, etc. Tout y est pour que les voyageurs dépensent et fassent grandir la rumeur de ce nouveau bourg en pleine expansion.

Grandeur Nature l'Enclave

La famille

La première Delorme connue à élever la famille dans la bourgeoisie fut Anne Delorme, une honnête marchande qui fit sa renommée grâce aux commerces de nombreux textiles. Par la suite, le nom des Delorme fut associé plus précisément à la Banque d’Ébène après l’achat de vastes entrepôts en Felbourg. L’influence des Delorme atteignit un sommet quand la fille d’Anne Delorme, Annabelle, épousa le baron Simon Héris, un jeune noble de Felbourg. Frappé d’un triste destin, Simon décéda quelques années plus tard d’une forte fièvre, sonnant le glas de sa lignée. Suite à la fin tragique du dernier Héris, le nom des Delorme le remplace à la tête de la branche familiale.

La famille Delorme compte plusieurs branches. À la tête de la famille se trouve aujourd’hui le couple que forment le comte Richard Delorme, Bazin de son nom de garçon, et la comtesse Sofia Delorme, directe descendante d’Anne Delorme. Ensuite viennent le frère et la soeur de Sofia, feu-Étienne et Eugénie Delorme, mariée à Foulque dit de Jointville. Il ne faut pas oublier l’influence de leur mère vieillissante, dame Victorine Delorme, reconnue pour sa poigne de fer dans un gant de velours.

Alexandre Delorme, fils d’Étienne Delorme et Séraphine Francoeur, a perdu ses parents à un très jeune âge. Quelques jours après un voyage diplomatique en Corrèse, ils tombèrent très malades. Séraphine fut la première à succomber, suivie quelques jours après, avec les mêmes symptômes, de son mari, Étienne. Les hypothèses se multiplièrent et une enquête fut menée à Corrèse, mais selon les dires, ils étaient en pleine forme avant de partir. Si un événement malheureux était arrivé, c’était entre Corrèse et Felbourg.