La baronnie des délivrances

Grandeur Nature l'Enclave

Les terres

12067974_10205148483615511_1107436991_nLa Baronnie des Délivrances existe maintenant depuis plus de trois cent ans. À l’origine, cette terre située sur la rive sud de l’île de Vêpre ne possédait qu’un ancien manoir sur le bord de l’eau, entouré d’une grande terre. Les trois siècles qui passèrent furent témoins de la construction d’un véritable quartier de la capitale avhoroise que bien des gens enviaient. Aujourd’hui, des rues, des intersections et des ruelles sont entourées de plusieurs magnifiques maisons, certaines aux architectures plus récentes et d’autres datant des débuts de la baronnie. Ce quartier témoigne clairement d’une volonté d’organisation des bâtiments, les carrés créés par les rues, l’harmonie des couleurs, des styles furent, on le remarque rapidement, réfléchis d’un bout à l’autre.

L’entrée du quartier est en fait un large pont de pierres, passant par-dessus une petite rivière. Une fois ce pont passé, on arrive sur la route principale qui mène en ligne droite au manoir de la famille dirigeante. Derrière celui-ci, une immense cour et un quai y sont présents. Tout au long de cette rue principale, des marchands vendent plusieurs produits, surtout des fruits et des légumes, commerce central de la famille en place. Plusieurs échoppes, auberges et autres commerces servant à la fête peuvent être retrouvés dans les rues transversales, voire même dans certaines ruelles.

À l’extrémité Est du quartier, on retrouve un immense bâtiment assez simple : l’atelier de confection des Confiseries Guglielmazzi, pilier de l’économie familiale depuis trois cent ans. Une autre partie des travailleurs s’y rendent chaque jour afin de confectionner des douceurs qui se rendent par la suite partout en Ébène.

De l’autre coté du Lac Dive, au sud, se trouvent les terres cultivables appartenant à la famille, les travailleurs s’y rendant chaque matin à l’aide de petites embarcations accostées au quai de la famille. Sur ces terres, on y cultive entre autre les fameuses fraises Guglielmazzi qui ont amené cette reconnaissance envers la famille de la part d’Avhor, ce petit fruit qui, encore à ce jour, ravit les palais de la population d’Ébène.

Grandeur Nature l'Enclave

Le peuple

Les habitants de la Baronnie des Délivrances sont avant tout de larges familles qui accompagnent la famille dirigeante depuis plus de trois siècles. En effet, les Acciari, les Ponticelli, les Ruocco, les Scalabrinni et les Conte, sont des familles qui ont connu l’ascension de Roberto Guglielmazzi, premier de la famille à devenir Baron. Ces familles, maintenant nobles, aident surtout les dirigeants dans les affaires commerciales, mais certains oeuvrent dans les arts, à la défense des terres ou ont simplement leur propre entreprise.

Quant aux autres habitants, il s’agit en grande majorité de travailleurs des champs ou de la confiserie, qui depuis maintenant plusieurs générations, font en sorte que le commerce puisse prospérer comme il se doit. Très peu se plaignent, car les Guglielmazzi ont à cœur le bien-être de leurs proches, pour les travailleurs la Baronnie des Délivrances est comme une grande famille.

À tout cela, s’ajoutent des commerçants, des artistes, des saltimbanques, des investisseurs, etc. Les Guglielmazzi apprécient grandement ce remue-ménage, cependant le tout se doit d’être fait dans le respect, sinon la justice du Baron peut être très dure et le peuple en est très conscient et reconnaissant.

Grandeur Nature l'Enclave

La famille

Avant le Sang-noir, la famille était surtout connue pour ses fraises qu’elle vendait et qui faisaient la joie de bien des habitants de Vêpre. Par contre, la popularité des Guglielmazzi vint surtout pendant l’année de noirceur qui frappa Ébène. En cette année, le seigneur de Vêpre d’autrefois, Galandrio Vhorili, avait détruit les ponts accédant à la cité et tenait ainsi la population en otage. Le patriarche d’autrefois désirant aider la populace à du moins se nourrir, en catimini fit entrer par chaloupe des tonneaux de fraises et de fraises confites vers la cité. Les semaines passèrent ainsi et finalement la métropole fut libérée par la famille Filii, qui eut vent des bonnes actions des Guglielmazzi et qui suite à la prise de pouvoir, remit à la famille cultivatrice le titre de Baron ainsi que des terres sur l’ile de Vêpre où un Manoir était déjà bâti.

Les fraises confites ayant fait fureur en Vêpre, la famille se lança dans sa confection à grande échelle. Si bien qu’avec les années, se développa un véritable commerce de friandises et autres sucreries qui au fils des siècles se perfectionna et devint populaire partout en Ébène. Quant à la baronnie, elle fleurit et s’agrandit pour devenir un quartier ayant une place reconnue en Avhor. Au fils des ans, les Guglielmazzi ont toujours été reconnus pour leur gentillesse, leur bon goût et les grandes fêtes qu’ils organisent.

Depuis maintenant 13 ans, la Baronnie est gérée par le Baron Fidel Guglielmazzi. Il reçut l’héritage familial suite au décès de son père Frédérico en 302, il n’avait que 21 ans. Aujourd’hui âgé de 34 ans, le Baron Guglielmazzi est reconnu pour son éducation militaire et ses prouesses passées au combat. Le peuple sait aussi que sa justice est toujours bien appliquée et qu’il peut être sévère, cependant tous savent aussi qu’il s’agit d’un homme rempli de gentillesse, de pardon, mais qui apprécie aussi la fête.