Hôtel-Cieu de Merelbec

Grandeur Nature l'Enclave

Les origines

Merelbec

Vitrail situé à l’entrée du réfectoire

Merelbec est un hameau situé dans le comté de Vallon et constitue un petit village d’importance dans la région voisine d’Escaut. Cela fait maintenant plus de 150 ans que les Oblats hospitaliers ont installé un Hôtel-Cieu dans la région, permettant aux malades et aux pauvres de venir y redevoir des soins, mais aussi s’y recueillir et recevoir les enseignements du Céllérier local. C’est Bouvier Torrig, de la tristement célèbre dynastie, qui fut le premier Céllérier de la région.

Les Hôtels-Cieux sont de plus en plus nombreux un peu partout en Célès depuis des dizaines d’années. Il s’agit principalement de lieux sacrés voués à la protection des malades et des indigents, mais aussi des lieux de prière et de consécration envers la grandeur du Roi-Prophète et du peuple Humain. Bien qu’il existe des variations importantes dans leurs vocations particulières, ils ont tous en commun leur dévotion envers les Oblats Hospitaliers et leur neutralité militaire, où tout un chacun, pour peu qu’il prie ardamment le Céleste, sera soigné, guéri et aidé sans distinction aucune.

Bien que la vocation proprement médicale de l’Hôtel-Cieu de Merelbec soit toujours partie centrale de l’oeuvre des Oblats de la région, la communauté religieuse s’est peu à peu construite une identité plus complexe, notamment avec l’arrivée, il y a une cinquantaine d’année, du céllérier Matthei Geit et de sa successeure, Olivia d’Auteil.

Grandeur Nature l'Enclave

Les préceptes

L’Hôtel-Cieu reprend bien entendu les préceptes des Oblats Hospitaliers, soit l’Égalité, l’Aide, et l’Humanité. Elle s’incarne néanmoins de manière bien particulière, axée sur l’amélioration du peuple à travers le travail commun et la dévotion sans borne au Céleste et à la survivance de son oeuvre de charité.

En tant qu’Hôtel-Cieu, les lieux sont donc garantis comme des havres de paix où nulle arme n’est tolérée. Même les militaires des nobles de la région et les gardes de la cité doivent se départir de leurs armes à l’entrée, et un contrôle très strict est fait pour assurer la sécurité de tous. Seule une centaine de Vigilants choisis dès leur plus jeune âge pour leur dévotion peuvent conserver leurs armes, pour préserver la paix des lieux.

De plus, tous ont droit de venir y recevoir des soins et de s’y recueillir, sans aucune distinction. Paysans et bourgeois sont les bienvenus, mais aussi les familles ennemies et les criminels (bien qu’ils soient surveillés et fouillés dès leur entrée avec encore plus de minutie). L’Hôtel-Cieu est une communauté de prière, de soins et de charité, et n’est pas la place pour des luttes politiques.

De plus, il est garanti à tout paysan, mais aussi à tout bourgeois ou noble qui le désirerait, un total de 30 jours de travail où il est assuré de trouver logis et nourriture en plus de recevoir un léger paiement en récompense de son travail. Certains peuvent rester un total de six mois, au terme desquels ils pourront prêter serment et vœux pour devenir des Oblats en bonne et due forme. Cette politique a permis le développement d’une réelle communauté autour de la ville de Merelbec, en plus de voir fleurir l’Hôtel-Cieu. Les travaux portent à la fois sur les travaux dans les champs et sur la réfection des bâtiments ou les soins aux indigents. Tout travailleur engagé de cette manière devient l’égal des autres travailleurs, peu importe son rang, pour la durée de son contrat, et est considéré comme un Laïc, membre de la communauté.

Finalement, les Oblats de l’Hôtel-Cieux renouvellent régulièrement leur voeu de pauvreté, refusant l’accumulation de richesses si elle n’est pas utilisée pour le bien du peuple. La dîme est donc une mesure régulière, qui permet l’amélioration des lieux et l’intégration de nouveaux initiés dans la communauté.

Grandeur Nature l'Enclave

La structure

L’Hôtel-Cieu de Merelbec est dirigé et organisé par le Céllérier en place, s’agissant actuellement, et depuis peu, de Raoul der Vaast, fils du Comte.

On retrouve ensuite quelques charges, dont les dépositaires ont un rôle important au sein de l’Hôtel-Cieu: L’Infirmier, en charge de l’organisation des soins, le Réfectorier, en charge de l’entretien des lieux, le Maître d’Oeuvre, en charge des travaux des champs, et le Vicaire, qui sert de second au céllérier et qui est en charge de gérer les Laïcs.

Finalement, on distingue les Oblats, ayant prêté les voeux, et les Laïcs qui font partie intégrale de la communauté sans être des membres officiels, venant travailler leurs 30 jours (ou plus).