Confrérie des Saints Témoins

Grandeur Nature l'Enclave

Les origines

Au lendemain de la rédaction des trois témoignages initiaux composant le saint recueil des Célésiens, le premier disciple du Prophète, Gaspard dit l’Ancien, s’empara du bâton du pèlerin et entreprit de prêcher la bonne parole jusqu’aux confins du royaume. C’est ainsi que de nombreuses confréries furent fondées à travers le royaume. Parmis elles, la confrérie religieuse des Saints Témoins s’établit aux creux des collines au sud de Felbourg, il y a de cela 150 ans. Cette paisible congrégation fut fondée par la 3e disciple de Carian le Pieux, Clémentine dit La bergère. À la tête de la confrérie, au fil des ans se succédèrent nombre de Lecteurs, à chaque fois élus par le conseil des auditeurs. Ceux-ci furent :

  • Lupin Des Ronces
  • Emmanuel le Lumineux
  • Mirianne des Brumes
  • Bénédictin dit Des Plaines
  • Giancomo de Maisonneuve
  • Ignace dit le Pieux

En se succédant, ces dignes lecteurs ont contribué à augmenter la culture du peuple dans les enseignements du Céleste tout en leur apprenant les bases de la lecture et de l’écriture. La dernière addition à cette mission est le Scriptorium du couvent, un endroit dédié à l’enseignement des textes sacrés et le leur reproduction. Avec l’aide de l’érudit Ellyn de Mirabelle, la Lectrice Augustine Bazin orienta ce scriptorium complètement au bénéfice des familles des pupiles, afin d’encourager l’éducation du peuple. Une paire de bras de moins aux champs ne devant pas se traduire par une perte de revenus, mais bien un meilleur apport.

Grandeur Nature l'Enclave

Les préceptes

Au-delà de l’éducation populaire, le Haut Pilier prône l’étude de la sagesse des témoignages. La congrégation compte parmi ses rangs une multitude d’exégètes spécialisés dans l’interprétation philologique des textes sacrés. Chaque expression, chaque phrase et chaque mot du Recueil se doit d’être examiné afin qu’en soit tiré l’ensemble des illuminations offertes par le Céleste. Bien sûr, jamais le Prophète ne gratta une seule page du texte à l’aide de sa plume, mais tous les doctes savants de la foi du Haut Pilier s’accordent sur l’idée que les auteurs du Recueil furent inspirés, voire possédés, par la lumière du Dieu. Étudier leurs lignes équivaut donc à percer un peu plus l’infinie pensée du Haut Seigneur.

Plus précisément, à la confrérie des Saints Témoins, il importe d’éduquer le peuple à avoir un esprit clair et élevé au-dessus des tracas matériels. Savoir se garder des pièges de l’Enchainé comme la fleur de jade ou autres drogues aliénantes, et en y étudiant des cas et des récits. En apprenant aussi au peuple qu’une vie remplie de la gloire du Céleste vaut plus que tout. Et c’est par le travail que ça passe.

La pratique de l’éthique est donc une purification du corps, de la parole et de l’esprit. Ces préceptes sont le plus souvent présentés sous une forme négative en tant qu’entraînement à ne pas faire quelque chose, mais les textes canoniques font aussi référence à leur formulation positive en tant qu’entraînement à faire le contraire.

Ainsi faut-il :

  • S’efforcer de ne pas nuire aux êtres vivants priant et agissant sincèrement pour le Céleste.
  • Garder la maîtrise des sens ;
  • Seule la vérité importe, le mensonge est une oeuvre de l’Enchaîné
  • S’abstenir des intoxicants interdits.

Grandeur Nature l'Enclave

La structure